mindfulness en actionEst-ce que cela vous est déjà arrivé à vous aussi ? Une personne parle, et vous restez bouche bée, “Qu’est ce qu’elle vient de dire ? C’est quoi son problème ? A-t-elle entendu ce qu’elle vient de dire ? Je ne sais même plus quoi lui répondre, je n’arriverai jamais à la supporter … »

Et soudain, vos bonnes intentions d’affirmation de vous-même, de compréhension de l’autre sont anéanties. Vous vous sentez impuissant, énervé, désemparé. Vous avez chaud, votre respiration s’accélère, vos mains sont moites et votre gorges sèche.

C’est le moment parfait pour vous retirer, et aller dans un endroit calme et méditer durant 20 minutes. En effet, vous avez besoin de vous centrer sur le moment présent et de pratiquer la mindfulness en action !

Pratiquer la mindfulness en action est un chemin de vie, qui ne s’improvise pas. Il n’y a pas de secret, il faut pratiquer.

Vous pouvez commencer par des pratiques en solo puis progressivement introduire cette pratique à des conversations simples puis à la gestion de crise.

La pratique en solo peut prendre la forme d’une réflexion avant ou après l’échange. Essayez d’être curieux, ouvert, flexible vis-à-vis de vous-même et de l’autre. Vous pouvez vous poser des questions telles que : « qu’est ce qui me bloque chez cette personne ? Est-ce qu’elle me rappelle quelqu’un quand elle me dit ceci ou cela ? Qu’est-ce que je ressens dans mon corps ? quelles sont mes émotions ?  Comment se sent elle pour me dire cela ? Quelles pourraient être ses émotions ? »

Essayez d’être constructif en vous focalisant sur ce que vous pourriez apprendre sur vous-même ou sur l’autre plutôt que de juger, de condamner vous-même ou l’autre et évitez de tomber dans des ruminations sur combien cela est injuste, ou sur votre peine.

Vous pouvez y réfléchir ou écrire sur un journal ce qui vient à l’esprit. Je trouve cela aussi très efficace.

Ensuite, vous pourrez pratiquer avec l’autre lors d’un échange simple (un échange à la machine à café ou chez le marchand de légumes par exemple), Ce que je veux dire par échange simple, c’est que l’échange n’a pas d’enjeu émotionnel fort.

Quand vous vous sentirez prêt, vous pourrez introduire cette pratique à des échanges tels qu’une dispute avec votre conjoint, ou une négociation, un entretien d’évaluation.

Bonnes conversations ?

Sandrine Tolegano Jourdren

Leave a Reply